18 juin 2021

En Birmanie, une situation explosive après six semaines de révolte populaire

Le coup d’Etat du 1er février a poussé les Birmans dans la rue, où au moins 138 personnes ont été tuées par les forces de l’ordre depuis le début du mouvement. Face à la junte militaire, la lutte s’intensifie.

Des points lumineux à perte de vue et des chants populaires. Comme pour se donner du courage face aux militaires qui ont pris le contrôle de la Birmanie le 1er février, des milliers de manifestants se sont réunis dans la soirée du 13 mars à Rangoun, la capitale économique du pays. Un rassemblement pacifique qui contraste avec les heurts sanglants des dernières manifestations.

Depuis le début du mouvement, au moins 138 personnes ont été tuées par les forces de l’ordre alors qu’elles réclamaient le retour d’un système démocratique dans leur pays, selon les chiffres du Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations unies (l’Association d’assistance aux prisonniers politiques birmane fait, elle, état de 180 morts).

Capture vidéo

La jeunesse birmane en première ligne

Parmi ces victimes, la jeune Kyal Sin, 19 ans, qui aurait été abattue par la police le 3 mars à Mandalay, dans le centre du pays. Sa mort a provoqué l’indignation en Birmanie comme dans la communauté internationale, alors que l’armée au pouvoir détient toujours l’ancienne cheffe du gouvernement, Aung-San Suu Kyi, assignée à résidence, ainsi que plus de 400 prisonniers politiques arrêtés lors du coup d’Etat.

Face à cette situation, les jeunes Birmans multiplient les appels à manifester, notamment grâce “aux applications de messagerie en ligne“, explique Joshua Kurlantzick, spécialiste de l’Asie du Sud-Est au Council on Foreign Relations (CFR), un think-tank international. “Il y a des manifestants plus âgés bien sûrmais les jeunes qui ont grandi lors de la période de transition civile, depuis le début des années 2000, ont sûrement de plus grandes attentes et espéraient vraiment que l’armée finisse par céder le pouvoir”, relève-t-il.

Bras de fer autour de l’économie

Accrochée au pouvoir, l’armée birmane tente désormais de briser la grève générale récemment lancée par des fonctionnaires. “Il s’agit vraiment pour les manifestants de faire prendre aux militaires la mesure de leur détermination”, analyse Sophie Boisseau du Rocher, chercheuse spécialiste de l’Asie du Sud-Est à l’Institut français des relations internationales (Ifri). “Les Birmans jouent littéralement avec leur quotidien, leur métier, pour se faire entendre“, souligne-t-elle.

Reste que la junte militaire s’est très souvent montrée imperméable aux mouvements populaires, rappelle Joshua Kurlantzick. “L’armée birmane n’en a rien à faire, elle est prête à pousser le pays vers la faillite“, estime le chercheur, qui craint une “intensification de la violence” à l’égard des manifestants ainsi que la fermeture des derniers médias indépendants en Birmanie.

Pierre-Louis Caron France Télévisions