2 août 2021
Lauréate du Prix des cinq continents de la Francophonie

Lauréate du Prix des cinq continents de la Francophonie

L’écrivaine a été distinguée pour son roman “Tous tes enfants dispersés”, a annoncé à l’AFP l’organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Le Prix des cinq continents de la Francophonie a été décerné le 27 janvier à l’autrice franco-rwandaise Beata Umubyeyi Mairesse pour son roman Tous tes enfants dispersés, a indiqué à l’AFP l’organisation internationale de la Francophonie (OIF). Les délibérations du jury devaient se tenir en décembre mais avaient été repoussées en raison de la crise sanitaire.

Le roman, publié aux éditions Autrement, raconte le parcours de Blanche, Rwandaise, qui vit à Bordeaux après avoir fui le génocide des Tutsi de 1994 et qui revient rendre visite après des années d’exil à sa mère. “Ode aux mères persévérantes, à la transmission, à la pulsion de vie qui anime chacun d’entre nous, Tous tes enfants dispersés porte les voix de trois générations tentant de renouer des liens brisés et de trouver leur place dans le monde d’aujourd’hui”, note l’éditeur. “Ce premier roman fait preuve d’une sensibilité impressionnante et signe la naissance d’une voix importante”, ajoute t-il.

Un prix spécial pour le poète français Paul Kawczak

Un prix spécial a par ailleurs été attribué au poète français Paul Kawczak pour son roman Ténèbres publié aux éditions La Peuplade.

Le Prix des cinq continents, créé par l’OIF en 2001, est décerné à des talents littéraires “reflétant l’expression de la diversité culturelle et éditoriale en langue française sur les cinq continents”. Doté de 15.000 euros pour son vainqueur, il récompense chaque année un texte de fiction narratif (roman, récit et recueil de nouvelles) original d’expression française.

Il sera remis à Paris, au siège de l’OIF, dans le courant du mois de mars, en marge de la Journée internationale de la Francophonie, le 20 mars 2021. De grands noms de la littérature francophone comme le Congolais Alain Mabanckou (2005) ou le franco-algérien Kamel Daoud (2014) figurent au palmarès de ce prix.

franceinfo Culture