25 septembre 2021
Dédé Saint-Prix musicien martiniquais pochette

MUSIQUE : Dédé Saint-Prix, le nouvel album traditionnel de l’artiste martiniquais

“Koktel chouval bwa”, 12 nouveaux titres figurent sur le dernier CD de Dédé, qui a célébré ses 50 ans de carrière en 2019.

L’auteur, compositeur, chanteur, flûtiste, percussionniste, saxophoniste et professeur, est resté fidèle à la musique traditionnelle et à l’actualité dans ses compostions.

C’est d’abord sur les réseaux sociaux que Dédé Sant-Prix a dévoilé ce nouvel album baptisé “Koktel chouval bwa” avec 12 nouveaux titres, “l’aboutissement d’un projet commun (avec Ludovic Anicette, ex-guitariste des Frères Dodo Twoubadou d’Haïti)” explique l’artiste.

Cet album est sorti en plein confinement.

Il était programmé de toute façon. On ne va pas arrêter de vivre, de créer. Je continue ma vie“, raconte Dédé Saint Prix.

Pour garder le lien avec son public, le martiniquais a mis en place un rendez-vous sur les réseaux sociaux, le “Lpk show“. Un live dans lequel il passe des titres et dialogue avec les internautes. “C’est mieux que rien“, dit il en attendant de retrouver la scène et un public fidèle.

Des thèmes comme l’intérêt général, l’autosuffisance, la réparation, la tradition, la nature, l’espoir, l’amour, la tolérance, la force de la pensée et de la parole et la reconnaissance y sont abordés sur des arrangements cuivrés et chaloupés à souhait.

Dédé Saint-Prix, l’ambassadeur du chouval bwa

Dédé Saint-Prix musicien martiniquais1

Dédé Saint-prix
a grandi au François, la troisième ville de la Martinique, au son du “chouval bwa” dont il est devenu le plus fervent défenseur. Cette musique qui accompagnait les manèges traditionnels de chevaux de bois, il est parvenu à l’élever à un niveau universel en la croisant avec le kompa ou le rara haïtiens, le son cubain, le raggae, le hip hop ou la charanga.
Chanteur, flûtiste et percussionniste, il a enregistré plus de 25 albums sous son nom, en compagnie de Malavoi, ou desgroupes Pakatak et Avan Van qu’il a créés.

Dans ce nouvel opus sorti le 23 octobre, Dédé Saint-Prix collabore avec Ludovic Anicette, ex-guitariste des Frères Dodo Twoubadou d’Haïti.

Cette collaboration a donné naissance au style “chouval bwa-twoubadou“. Inquiet du sort réservé à l’Amazonie et aux Indiens, l’artiste y va de son refrain engagé sur Militan.

Dans Réparation, il aborde l’esclavage, le commerce triangulaire :

Avant l’abolition, les esclaves n’étaient pas des citoyens. C’était des biens meubles et nos racines sont dans les archives des notaires. Tel lot de nègres était vendu à tel maitre. Dès lors, ils étaient considérés comme des machines agricoles”, écrit Dédé Saint- Prix dans ce titre écrit en partie en français.

Par Nathalie Sarfati  la1ere